Famille heureuse fête des mères

La reine des fêtes de famille : la fête des mères

Les premières traces de célébration en l’honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l’honneur de Rhéa (ou Cybèle), la grande mère des dieux et notamment mère de Zeus. Ce culte était célébré aux Ides de Mars dans toute l’Asie Mineure. Une fête religieuse romaine célébrait les matrones le 1er mars, lors des Matronalia (« matronales »). Au xve siècle, les Anglais fêtaient le Mothering Sunday, d’abord au début du carême puis le quatrième dimanche du carême. En 1908, les États-Unis développent la Fête des mères moderne telle qu’on la fête de nos jours, en instaurant le Mother’s Day, en souvenir de la mère de l’institutrice Anna Jarvis. Le Royaume-Uni adopte à son tour cette fête en 1914, puis l’Allemagne l’officialise en 1923. D’autres pays suivent comme la Belgique, le Danemark, la Finlande, l’Italie, la Turquie ou l’Australie.

En Belgique, la Fête des Mères est traditionnellement célébrée le 2ème dimanche de mai.

Trois bonnes raisons d’aimer les Fêtes de Famille*

Les réunions et fêtes de famille permettent aux enfants de s’inscrire dans l’histoire et la tradition familiale. Elles sont rassurantes, ouvrent vers les autres et renforcent les liens. Elles méritent qu’on y accorde toute leur importance.

1. Les fêtes inscrivent dans l’histoire et la tradition familiale

Fêter en tribu les anniversaires, Noël, les mariages, les événements laïcs ou religieux, c’est l’occasion pour votre enfant de s’inscrire dans une temporalité familiale. C’est l’occasion de décorer la maison, de se faire beau, de préparer certaines spécialités culinaires, de se parler, d’évoquer ses origines, de retrouver ses racines. Ces réunions sont un lieu de transmission de valeurs propres à la famille. Dans cette inscription, l’enfant se construit comme un membre de la famille. Cela lui donne une place et renforce son sentiment d’appartenance.

2. Les fêtes renforcent le lien intergénérationnel

Toutes les générations se mélangent, principalement les plus âgés et les plus jeunes ce qui permet à ces derniers de tisser une relation autonome et de définir une hiérarchie des rôles. L’enfant comprend très vite qu’il peut avoir des activités beaucoup plus ludiques avec papy et mamy. Après avoir été des parents plutôt stricts, les grands-parents peuvent se laisser aller à plus de liberté avec leurs petits-enfants. Les réunions de famille lui font prendre conscience de la place de ses propres parents.

3. Les fêtes apprennent le « vivre ensemble »

Les réunions familiales sont un bon exercice de confrontation au monde pour l’enfant : se retrouver en “clan” offre à l’enfant la possibilité de découvrir d’autres références que celles proposées à la maison, ce qui est propice à la fabrication de valeurs mixtes et ouvre l’enfant au monde. L’enfant expérimente le sens du devoir, de la norme et de la règle. Il apprend à composer et à transiger. Il découvre aussi qu’il faut accepter certaines situations, qui ne sont pas toujours évidentes à valider. Comme cela peut se produire, par exemple, dans le cas de familles recomposées.


*(source www.enfant.com)
© Enfant Magazine

Suivez-nous

 

Trouvez nous,
Contactez nous

On est ouvert
Avenue de la Toison d’Or, 1050 Bruxelles
info@toisondor.be